Conseils emploi



S’imaginer de l’autre côté Martin Bellerive, agent régional Academos,, le 19 juin 2012

Parfois, lorsque je suis en visite dans les classes des écoles secondaires de la région pour présenter Academos cybermentorat, certains des jeunes étudiants me demandent de vérifier le premier message qu’ils feront parvenir à un cybermentor afin de s’assurer qu’il soit convenable. La question que je leur pose est la suivante : « Est-ce que tu aimerais recevoir un message comme celui-là »? Il est ainsi important de rédiger le message comme s’il nous était destiné. Cela leur permet de prendre conscience qu’au bout du clavier, il y a de vraies personnes, avec de vraies préoccupations, de vrais sentiments. Il est assez facile d’oublier l’être humain derrière la technologie, comme s’il n’était qu’un prolongement de la technologie et non l’inverse. Et vous, qu’aimez-vous comme individu? Les bonjours? Les mercis? C’est la même chose pour les cybermentors.

Lorsque l’on m’interroge sur les qualités requises pour un emploi précis, dans bien des cas, j’ignore quoi répondre. Comment pourrais-je répondre à cela, n’étant pas moi-même un employeur? C’est à ce moment précis que l’agent régional en moi entre en jeu et vante l’utilité d’Academos et de son cybermentorat!

Par contre, je transpose le petit exercice précédent à la situation employés/employeurs. Si vous étiez employeur, qu’apprécieriez-vous d’un employé tel que vous? Il y a des qualités générales auxquelles il est difficile d’échapper : la ponctualité, la politesse, le souci de bien faire. Vous en connaissez d’autres? Il en existe bien d’autres. De même, il n’est pas interdit à un employeur de se poser la question. Si j’étais un employé, qu’est-ce que j’aimerais de la part de mon employeur? Je n’ai pas la prétention de révolutionner le monde du travail avec ce petit jeu de rôle, mais dans les impératifs de nos tâches quotidiennes, nous oublions souvent de reconnaître nos besoins respectifs et de les intégrer au milieu de l’emploi. Tenter de se placer dans la position de l’autre est un bon début, me semble-t-il, afin d’apprendre à se respecter mutuellement.





Écrivez un commentaire

Votre nom *


Courriel *


Site Web


Commentaire *




Articles récents

Conseils de nos partenaires Promutuel l'Abitibienne et Promutuel Rouyn-Noranda-Témiscamingue, 14 mai 2013 Une protection qui vous suit partout »

La une Patricia Côté, diplômée de l'UQAT en éducation, 2 mai 2013 Développer sa confiance en soi grâce au théâtre »

La une Luc Blanchette, diplômé de l'UQAT en gestion de projet, 2 mai 2013 La civilisation maya ou les Mangeurs de maïs »